Petite enfance

Nous proposons:

- D’améliorer l’accueil de la petite enfance en augmentant le nombre de places et en soutenant la diversification des milieux d’accueil de type collectif ou familial de manière à mieux répondre aux besoins et aux horaires de chacun (gardes de nuit, accueils ponctuels, besoins particuliers des familles monoparentales ou nombreuses) et dans le respect du libre choix des parents.
- D'offrir de nouveaux milieux d’accueil pour la petite enfance en intégrant des projets dans les grands dossiers urbanistiques.
- De faciliter la création de milieux d’accueil dans la Commune en mettant à disposition (moyennant une éventuelle location ou frais de restauration) des locaux inoccupés dans des écoles ou autres bâtiments publics voire dans des maisons pour aînés afin de renforcer le lien intergénérationnel.
- De susciter la collaboration des entreprises et/ou le partenariat avec d’autres communes pour la création de places d’accueil, en rappelant en outre les possibilités de déductions fiscales en vigueur depuis le 1er janvier 2003.
- De recentrer les structures existantes sur les moins coûteuses, ce qui dégagera des moyens importants pour de nouvelles initiatives quantitativement plus intéressantes.
- De développer les initiatives de co-accueillantes à domicile via des aides à la location de logements adéquats.
- En réservant des budgets annuels d’aides directes aux jeunes parents via des chèques-accueil qui seraient valorisables auprès des structures d’accueil qui n’ont pas pu obtenir de subside de fonctionnement de l’ONE et sont donc obligés de facturer le prix coutant aux parents. Pour nous, un enfant = un enfant quel que soit le réseau qui l’accueille, subventionné ou non.  La Ville prendra en charge la différence entre le prix réellement payé et le prix qui serait acquitté dans une structure subventionnée.
Une telle politique aura un effet d’entrainement économique sur l’offre dès lors qu’il ne faudra plus dépendre du bon vouloir de l’ONE et de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour ouvrir de nouvelles places.
Objectif : + 100 places sur la législature
Toutes ces nouvelles politiques auront un coût mais elles devront être financées par une meilleur gestion des services actuellement déficitaires et, surtout, à moyen terme via les moyens retrouvés en aide directe (Revenu d’Intégration Sociale) grâce à une politique efficace de prévention.
- Poursuite de l’amélioration et de la sécurisation des écoles et crèches.