La Commune au cœur du développement durable

Le développement durable constitue incontestablement l’enjeu majeur de la société en ce XXI siècle. Si l’expression est fréquemment utilisée, qu’entend-on exactement par "développement durable". La Commission mondiale sur l’Environnement et le Développement en donne en 1987 la définition suivante, devenue la définition de référence : c’est "le développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins". Concrètement, la finalité du développement durable est de trouver un équilibre cohérent et viable à long terme entre les aspects économique, social et écologique, ces trois aspects étant communément appelés les trois piliers du développement durable. Ce qui montre que le Développement durable est l’affaire de tous.

 

Pour nous, le développement durable est la ligne de conduite à respecter dans tous les domaines. Et pour que ceci ne reste pas qu’un slogan électoral, notre démarche s’accompagne du renforcement et de la concrétisation de l’Echevinat du Développement durable. Cette compétence doit être transversale car elle touche à tous les aspects de notre vie. Cet échevinat devra donc être central dans l’organisation de l’Exécutif communal. Son rôle consistera à garantir que chaque décision respecte le principe de développement durable. Ce but ne pourra pas être atteint sans une collaboration suivie tant avec les divers échevins qu’avec l’Administration.

Comment concrétiser et dynamiser cet Echevinat du Développement durable ? Nous proposons la création d’un Comité du Développement durable qui sera composé d’un représentant de chaque service communal. Ce Comité devra se réunir 1 fois par mois en présence de l’Echevin en charge et impliquera réellement le personnel communal dans la démarche pour répondre au mieux aux principes du Développement durable.

 

D’autre part, un partenariat entre la ville et l’UCL a permis l’ouverture d’une Maison du Développement durable. Celle-ci ne doit pas être qu’une simple vitrine, nous souhaitons donc étendre les fonctions de la Maison du Développement durable et la faire sortir davantage de ses quatre murs.

Nous souhaitons également créer un outil pour évaluer l’adéquation de chaque projet avec le principe de développement durable. Cela permettra de donner une « cote » à chaque projet. Ainsi tout projet qui aura une note inférieure à un certain seuil sera tout simplement rejeté. Le niveau du seuil sera régulièrement réévalué et sera éventuellement modifié pour améliorer encore notre efficacité.

 

Enfin, nous voulons inscrire la commune dans une démarche "qualité". En effet, les temps sont difficiles pour les contribuables et il est donc justifié et nécessaire que les pouvoirs publics, dont les communes, apprennent à faire mieux avec moins. Nous souhaitons qu’Ottignies-Louvain-la-Neuve soit certifiée ISO(norme qualité), l’objectif étant d’augmenter la satisfaction des citoyens par rapport aux services rendus par l’Administration tout en améliorant les conditions de travail du personnel communal.


La commune, un environnement

Notre première priorité est d’améliorer les conditions de vie des habitants d’Ottignies- Louvain-la-Neuve et la qualité de leur cadre de vie.

Pour ce faire, il est essentiel de diminuer notre impact environnemental non seulement en diminuant les émissions de gaz à effet de serre mais aussi en améliorant encore le recyclage et la réutilisation, en préservant la biodiversité, en rendant les espaces communs plus conviviaux...

Comment comptons-nous agir au niveau de la commune ?


Nous proposons :

- Nous souhaitons créer un nouveau quartier entier qui sera construit sur un mode durable. Le Parc Athéna à Louvain-la-Neuve est le lieu idéal. Nous le ferons en partenariat avec l’Université, des promoteurs privés et la régie foncière provinciale (exemple de Malmo en Suède). Nous souhaitons faire de ce nouveau quartier une vitrine internationale du développement durable.

- L’évaluation des impacts environnementaux des services et activités de la commune pour dégager des priorités permettant de réduire efficacement ces impacts.
- La réalisation d’un bilan carbone très complet au niveau de la commune comme base d’une stratégie communale ambitieuse de réduction des émissions de gaz à effet de serre. On identifiera au sein de la commune les investissements nécessaires en matière de performance énergétique des bâtiments pour réaliser des économies d’énergie substantielles et ainsi réduire les charges communales. Les potentialités en termes de développement de réseaux de chaleur et d’installation d’équipements de valorisation des énergies renouvelables au sein de la commune seront tout particulièrement étudiées.
- L’intégration de la priorité environnementale dans les différentes politiques et stratégies communales au travers des différents outils que sont le Plan communal de Développement durable, le schéma de structure communal, les règlements communaux d’urbanisme et les permis.
- La promotion des alternatives à la voiture, notamment en améliorant le partage des voiries communales entre les différents usagers, en développant un réseau communal de voies lentes permettant de relier les différents quartiers, centres, gares, en sécurisant davantage ces voies lentes et en créant une navette interquartiers.
- Au niveau agricole, l’intégration accrue de la protection de la nature via un programme communal de soutien aux agriculteurs et le développement des énergies renouvelables dans ce secteur.
- De soutenir les investissements des particuliersen faveur de l’environnement :

Ce soutien se concrétisera par l’intervention d’agents communaux qui accompagneront les habitants dans le montage des dossiers de demande de primes et dans leur installation.

a. dans l’utilisation rationnelle de l’énergie et de l’énergie renouvelable, notamment dans le domaine de l’isolation, de la co-génération, du placement de chaudières plus performantes, de pompes à chaleur et de panneaux photovoltaïques,
b. dans l’installation d’un système de récupération de l’eau de pluie ou à la réhabilitation d’une ancienne citerne d’eau,
c. dans l’installation de capteurs solaires destinés à la production d’eau chaude sanitaire.
d. dans l’amélioration de la biodiversité dans leur jardin.


La propreté

Nous souhaitons mettre en place une politique globale de propreté et de gestion des déchets.

Louvain-la-Neuve a une réputation extérieure de « ville sale » qui lui colle à la peau. Si une amélioration a pu être constatée, la propreté de la dalle est toujours insuffisante. De même, nous souhaitons améliorer la propreté de nombreux quartiers.

Les poubelles publiques manquent dans notre Commune. Depuis 12 ans, la majorité Olivier refuse quasi systématiquement l’implantation de nouvelles poubelles publiques, arguant du coût et de la fréquence élevée des tournées de ramassage. Nous souhaitons une ville propre et que les citoyens habitant à proximité d’arrêt de transport en commun ou de lieux de passage ne voient pas les alentours de leur habitation souillés par des déchets.

 

Nous proposons:

- De mettre en place au sein du service travaux des brigadiers de quartier. Chacun d’entre eux sera responsable de la propreté et du bon entretien des infrastructures et mobilier publics de son quartier.

- De renforcer le nettoyage de la dalle, notamment après les marchés.

- De créer des toilettes publiques dans le centre de Louvain-la-Neuve.

- D’installer de nouvelles poubelles publiques (en privilégiant les poubelles de tri) aux endroits stratégiques (arrêts de bus, sorties d’écoles, rues commerçantes, etc…) et les vider régulièrement. Afin de réduire leur cout, nous favoriserons le placement de poubelles solaires. Ces dernières compactent les déchets pour leur donner un volume quatre ou cinq fois inférieur à ceux récoltés dans les poubelles traditionnelles. Elles doivent donc être vidées beaucoup moins souvent.

- D’enterrer les bulles à verre (en partenariat avec l’IBW et Fost Plus). Cela améliore l’esthétique, libère l’espace commun et décourage les dépôts sauvages près des bulles.

- D’encourager le tri des déchets de papier et des PMC dans les bâtiments communaux.

- De développer l’utilisation de la « ressourcerie » pour certains "déchets" et encombrants, en prévoyant des lieux de récupération, de réparation, de revalorisation des objets pouvant connaître une seconde vie.

- De mener une politique de prévention en créant une « Semaine de la propreté et de la réduction des déchets » : campagne de propreté par quartier, opération « nettoyage de printemps » des encombrants, sensibilisation à la réduction des déchets, au respect de l’environnement, campagnes d’information dans les écoles ,etc…

- De développer un service de récolte des déchets adapté aux personnes à mobilité réduite.

- De prévoir tous les 15 jours de mai à septembre, dans les quartiers éloignés de la déchetterie, la présence, pendant une demi-journée, d’un véhicule communal pour le ramassage des déchets verts.

- De poursuivre et améliorer les discussions avec les étudiants pour obtenir une plus grande propreté à Louvain-la-Neuve.

- D’appliquer la tolérance zéro pour les incivilités et les sanctions administratives prévues dans le Règlement communal de police pour les dépôts clandestins, les déchets sauvages le long des routes, les déjections canines sur la voie publique, les actes de vandalisme ou autres dégradations de l’espace public, les tags et graffitis. Les autorités publiques doivent, après une période de sensibilisation, réprimer sévèrement tous les actes d’incivilités.

- La mise en place d’une application « Propreté » pour smartphones, permettant par une simple prise de photo de signaler aux services communaux l’existence d’un dépôt sauvage, déchet, tags, etc… - D’étendre les distributeurs de sachets pour le ramassage des déjections canines et les poubelles placées sur les chemins de promenade régulièrement fréquentés.